L’infidèle – ÉPISODE 9

L’infidèle – ÉPISODE 9 – Un secret de plus

 

De retour chez lui, Stan trouva Éva assise dans un fauteuil fixant désespérément son téléphone portable.


-Stan, mon chéri mais où étais-tu ?
-Une idée subite m’a traversé l’esprit au bureau. Je me suis dit qu’un beau gâteau pour demain soir serait une bonne idée. Comme il faut réserver, j’ai pris un petit moment pour me rendre chez le pâtissier avant qu’il ne soit trop tard.
-Quelle belle idée ! Sauf qu’il n’y aura pas de soirée demain.
-Oui, je suis au courant.
-Comment ça tu es courant ?
-Carl m’a appelé.
-Ah oui ? Voilà qui est étonnant de sa part si je tiens compte du peu de considération qu’il te porte…
-Oui, en effet, mais l’essentiel est qu’il l’ait fait non ?
-Oui, sans doute. Donc, tu as commandé un gâteau pour rien ?
-Non, je n’ai pas réussi à me décider.

Face à ce nouveau mensonge et toutes les cachotteries, Stan ressentait un malaise mêlé à diverses questions. Il repensait à sa conversation avec Anna et Carl et avait bien du mal à être convaincu par la version de sa fille. Mais il fallait pour l’instant qu’il se concentre sur le moment qu’il allait choisir pour révéler la vérité à Éva. Il avait tant attendu cette soirée où tout le monde serait réuni. Il aurait pu bénéficier du soutien d’Éléonore face à sa meilleure amie. Mais sa perte de mémoire compliquait la tâche.

******

Carl regardait Anna attendant la suite.

-Pourquoi révéler l’identité de ta mère serait un problème ?
-Puisque c’est la semaine des vérités, alors allons-y. Ma mère est la sœur d’Éva.
-Oh non…
-Si.
-Mon dieu, Éva est ta tante ! La situation devient inextricable !
-Elle le devient surtout pour mon père.
-Je ne comprends pas, comment Stan aurait-il pu avoir une relation et un enfant avec la sœur d’Éva sans que celle-ci soit au courant ?
-Elles ne se parlent plus depuis des années. Ce qui explique pourquoi Éva n’avait jamais vu Stan avant leur rencontre.
-Stan savait qui était Éva quand il l’a rencontrée ?
-Oui, mais il n’avait pas vraiment prévu de tomber amoureux.
-Es-tu certaine que cette rencontre soit le fruit du hasard ?
-Pourquoi dis-tu ça ?
-Anna, je t’en prie, tu sais très bien que Stan n’est pas irréprochable et qu’il ne laisse rien au hasard !
-Je n’ai pas connu mon père pendant cette période, difficile pour moi de savoir ce dont il était capable ou non. J’ai été adoptée. Ma mère adoptive m’a élevée seule. Après être partie de chez elle, nous ne nous sommes jamais revues et elle n’a pas essayé de rentrer en contact avec moi. Quand mes problèmes de santé ont refait surface, je me suis tournée vers mon père. Je savais qui il était et où il travaillait. Le jour de mon départ, ma mère m’a lancé « vas donc voir Stan Richard dans son beau bureau de luxe, il est temps qu’il s’occupe de toi ! » Puis elle m’a tendu un papier sur lequel elle avait griffonné l’adresse. Mais je n’ai pas voulu le connaître suite au portrait que ma mère m’avait dressé de lui. C’est quand je me suis tournée vers lui pour raisons médicales que j’ai su qui était ma mère biologique.
-Anna, vas-tu enfin me parler de tes problèmes de santé ?
-J’ai besoin d’une greffe.
-Une greffe ?
-Oui, un rein.

Carl ne put répondre. Anna lui lâcha la réponse sans détour. Il commençait à comprendre la rencontre de Stan et d’Éva. Il devinait aussi qu’Éléonore connaissait la situation et pourquoi Stan s’était adressé à elle.
Anna devina son désarroi.

-Rassure-toi, je suis très bien suivie.
-Ma petite Anna, je suis tellement désolé du mal que je te cause en plus. Nous allons devoir tout arrêter, comme ça… si subitement. Je t’aime Anna.
-Non Carl, lui dit-elle doucement, tu as de l’affection pour moi. Celle que tu aimes s’appelle Éléonore et c’est très bien comme ça. Retourne auprès de ta femme et aime là comme elle le mérite. Tu devrais rentrer te reposer et attendre tranquillement la sortie d’Éléonore demain.
-Tu es sûre que je peux te laisser seule ?
-Oui, tout va bien et j’ai besoin de me reposer. Rentre chez toi.

Carl prit Anna dans ses bras et l’embrassa pour la dernière fois. C’est une jeune femme profondément triste qu’il laissa derrière lui.
Une fois dans sa voiture, il se rendit chez son meilleur ami. Il se faisait tard, mais qu’importe, il n’avait pas envie de rentrer chez lui. C’est avec soulagement que Jimmy accueillit son ami de toujours. Carl passa plus d’une heure à lui expliquer la situation presque irréelle qu’il vivait, que tous vivaient. Son ami l’écoutait abasourdi.

-C’est une histoire incroyable ! Alors, vous avez rompu ?
-Oui… dit Carl tristement.
-C’est dommage…
-Comment ça c’est dommage ?
-Enfin… Je veux dire, sans tout ça, vous seriez encore ensemble et comme Éléonore a la mémoire altérée ça rendait les choses plus faciles.
-Jimmy, je suis en train de te raconter une histoire des plus compliquées et des plus tristes et toi tu trouves juste dommage que ma maîtresse et moi ayons rompu ?
-Excuse-moi, je suis désolé. Veux-tu que l’on sorte boire un verre ?
-Pourquoi pas.
-Allons au bowling comme au bon vieux temps.
-Tu plaisantes j’espère ?
-Non, pourquoi ? ça te fera du bien.
-Je ne pense pas qu’aller à l’endroit où j’ai rencontré Anna me fera du bien. Allons ailleurs.
-Comme tu voudras. Je connais un endroit sympa. Prenons ma voiture.

Les deux amis profitaient d’une soirée tranquille dans un bar à cocktails, minuscule, mais très atypique du 7ème arrondissement. Jimmy, qui commençait sérieusement à être éméché, ne perdait pas une occasion pour profiter du passage très proche des jolies filles dans cet espace réduit.

-Jimmy, n’oublie pas que c’est toi qui conduis, tu devrais arrêter de boire.
-T’inquiète, je gère ! répondit Jimmy la voix chancelante. Amuse-toi, vide-toi la tête. Regarde toutes ces belles filles ! T’as plus Anna, profite !
-Je crois que ça suffit comme ça, partons, je te ramène, tu n’es pas en état de conduire. Je récupère ma voiture en bas de chez toi et je rentre.
Carl ramassa leurs affaires et prit Jimmy par le bras. Une fois dehors, il le fit monter à l’arrière et prit place au volant. Jimmy était ivre.
-Quel rabat-joie ! Tu sais mon pote, la pauvre Éléonore s’ennuie avec toi.
Carl démarra en trombe. Jimmy tenait un discours effarant.
-C’est vrai quoi ! T’es d’un triste. Avoir une maîtresse était bien la seule folie que t’es pu faire dans ta vie. Ouep ! Crois-moi mon pote, c’est ta femme qui aurait dû prendre un amant. Bah ouais, j’aurai bien voulu moi !
-Jimmy ferme là, tu es complètement ivre !
-T’aurais dû rester avec Anna, je me serais bien occupé d’Éléonore tu sais !

Carl arriva en bas de l’immeuble. Il pila. C’est nerveusement qu’il extirpa Jimmy de la voiture pour le monter chez lui. Il perdit un temps fou à trouver les clés et le moins que l’on puisse dire, c’est que Jimmy ne l’aidait pas du tout. Il était avachi sur l’épaule de son ami et continuait ses louanges sur Éléonore. Une fois à l’intérieur, Carl coucha Jimmy sur son lit et redescendit. Sur le chemin du retour, il se demanda si l’ivresse de Jimmy l’avait fait délirer ou au contraire fait dire une vérité. Il se souvint alors de la réaction de son ami, au bureau, quand il avait tourné les talons quand Carl lui avait dit qu’il ne souhaitait pas prendre de décision concernant une éventuelle rupture avec Anna. Il se souvint aussi quand Jimmy lui avait conseillé de tout avouer à Éléonore, puis son attitude de ce soir.
Serait-ce possible ? La multiplication des conquêtes et l’impossibilité pour Jimmy de tenir une relation cacheraient-elles des sentiments inavouables ?
Jimmy serait-il amoureux d’Éléonore ?

A SUIVRE…  OW_banner_96455

Envie de changer la suite ? Laissez moi un commentaire:-)

[Inspiré par Bernieshoot] *voir commentaires épisode 8

Suivez moi sur les réseaux sociaux:-)

facebook-icon-logo-vector   twitter-bird-icon-logo-vector-400x400   google+-logo   instagram   pinterest-retro-icon   tumblr-logo   rss_logo  Suivez-moi sur Hellocoton

*Note: le menu de navigation de ce blog se trouve en  haut à droite (le petit carré)

 

 

Publicités

3 réflexions sur “L’infidèle – ÉPISODE 9

  1. Ha ha, tu es vraiment très fort car en rédigeant cet épisode, je me disais justement que le cercle des protagonistes devenait un peu restreint 🙂
    Bon, bon, bon, au boulot ! Je vais faire chauffer le cerveau (un peu difficile en moment ) Mais c’est ce qui me permet de ne pas rester inerte.
    Merci biz 🙂

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s