L’infidèle – ÉPISODE 10

L’infidèle – ÉPISODE 10 – L’ intrigante

 

Jimmy ouvrit les yeux. C’était bien la seule chose qu’il pouvait bouger. La quantité d’alcool qu’il avait ingurgitée la veille avait laissé quelques vilaines traces. Une lourdeur intense le clouait dans son lit, un tournis infernal faisait danser tout le mobilier de la chambre et lui donnait la nausée. Il tenta de sortir de son lit, mais en vain… Il attrapa son téléphone portable posé sur la table de chevet et appela Carl.

-Allo Carl, c’est Jimmy. Je suis désolé, je ne pourrais pas t’accompagner à l’hôpital ce matin, je ne me sens pas très bien, j’ai sûrement attrapé quelque chose.
-Bonjour Jimmy. Alors comme ça tu es malade ? Laisse-moi deviner, un bon mal de crâne et quelques nausées ?
-Euh… oui c’est ça mais, comment…
-Tu as juste une bonne gueule de bois et un semblant de perte de mémoire dû à l’alcool !
-Ho, mon dieu, la soirée !
-Oui, comme tu dis, la soirée ! Tu ne te souviens vraiment de rien ?
-Maintenant oui, ça me revient, mais ce que nous avons fait est un mystère…
-Ne t’inquiètes pas, nous ne manquerons pas d’en reparler. On se voit plus tard, je dois aller chercher Éléonore.
-Très bien, on se rappelle, embrasse Éléonore pour moi.

Carl raccrocha en se promettant d’avoir une conversation avec son ami car il en était certain, Jimmy avait bel et bien oublié. Ce n’était pas la première fois que cela lui arrivait après avoir consommé trop d’alcool. Jimmy n’était pas un consommateur régulier mais il lui était arrivé à une ou deux reprises de noyer ses contrariétés dans l’alcool lors d’une soirée. Il était conscient que ça n’était pas la meilleure des solutions, mais il n’avait pas encore trouvé d’autre exécutoire. Le fait de ne toujours pas avoir trouvé chaussure à son pied en était peut-être la raison. Et si cela cachait quelque chose de plus profond ?
Pendant que Carl se préparait, il pensa à Anna. Bien qu’il fût résolu à reprendre le cours de sa vie avec sa femme, il ne pouvait s’empêcher de penser à elle. Était-ce de l’amour ou de l’affection comme lui avait suggéré Anna ? Il avait envie de la prendre dans ses bras, de l’embrasser et peut-être même de lui faire l’amour. Puis il pensa à Éléonore sur son lit d’hôpital. Comment pouvait-il désirer sa maîtresse vu les circonstances ? Il se sentait honteux…

*******

Éva, seule ce matin, attendait patiemment l’appel de Carl la prévenant qu’il arrivait avec Éléonore. Comme prévu, elles resteraient toutes les deux chez Éva en attendant que Carl mette de l’ordre dans les papiers concernant la voiture accidentée. Un coup de sonnette la tira de ses pensées. Elle alla ouvrir la porte.

-Bonjour.
-Bonjour Éva.
-Excusez-moi, on se connaît ?
-Si je te dis Nicole, ça te rappelle quelque chose rassure-moi ?

Éva abasourdie poussa un cri de surprise.
Une drôle de surprise. Une très mauvaise surprise. Elle n’avait pas revu sa sœur depuis 28 ans. Quand Nicole déserta la maison familiale à sa majorité, Éva n’avait que 10 ans. Difficile pour elle de reconnaître cette femme de 46 ans qui se tenait devant elle et à qui elle en voulait depuis toujours d’avoir créé tant de chagrin chez ses parents et de ne jamais avoir pris de ses nouvelles. Éva s’était sentie abandonnée par sa grande sœur sans réellement savoir ce qu’il s’était passé. A plusieurs reprises au cours de sa vie elle s’était demandé si elle avait joué un rôle dans le départ de sa grande sœur.

-Que viens-tu faire ici ? lui demanda Éva.
-Il faut que je te parle. C’est important.
-Vu le nombre de tes années d’absence, nous allons parler très longtemps.
Éva se voulait sarcastique. Renouer avec sa sœur n’était pas du tout dans ses intentions. Elle venait enfin de retrouver une stabilité auprès de Stan et ne voulait pas remuer un passé trop douloureux.
-Comment m’as-tu trouvée ?
-Il semble que nous ayons un ami commun, répondit Nicole un sourire au coin de la lèvre.
-Voilà qui me paraît impossible si je tiens compte des fréquentations que tu as toujours eu d’après papa et maman.
-Ouais évidemment, l’éternel refrain, ricana Nicole, je ne suis pas un exemple pour toi.
-Il faut croire que non.
-Éva, s’il te plaît, laisse-moi entrer.
-Non, je ne pense pas que ce que tu aies à me dire soit suffisamment important. Et si c’est mon pardon que tu es venue chercher, je ne suis pas prête pour ça.
-Je ne te demande rien, j’ai simplement quelque chose à te dire qui justement est important, qui te concerne et que tu ne sais sûrement pas.
-Écoutes, j’attends une amie d’un moment à l’autre qui sort tout juste de l’hôpital, ce n’est pas le moment.
-Très bien, je comprends. Accorde-moi au moins un moment dans le week-end, je repars pour l’Angleterre dimanche soir. S’il te plaît, je disparaîtrai ensuite de ta vie si c’est ce que tu veux.
Éva soupira. Elle était partagée entre la rancœur et la curiosité.
-D’accord j’accepte mais pas chez moi. Laisse-moi un numéro où je puisse te joindre et je te rappellerai pour te dire où l’on peut se voir.
-Merci beaucoup Éva.

Nicole lui tendit un morceau de papier sur lequel elle avait écrit son prénom et son numéro. Éva le prit et referma la porte. Dubitative, elle alla s’asseoir sur un fauteuil tout en fixant le petit morceau de papier. Quand elle entendit de nouveau la sonnette, elle le posa maladroitement sur la table basse avant de se diriger vers la porte.

-Carl, Éléonore ma chérie, entrez. Carl, tu ne devais pas m’appeler pour me prévenir de votre arrivée ?
-Oui, je suis désolé, j’ai rencontré Stan en route et nous sommes venus directement.
-Où est-il ?
-Il arrive, il tente désespérément de se garer.
-Très bien, asseyez-vous, je vous prépare une boisson fraîche.
-Pas pour moi Éva, dit Carl, je dois me rendre au bureau de l’assureur pour les dégâts de la voiture.
-Oui, je comprends, tu peux partir tranquille, je m’occupe de ta petite femme.

Carl embrassa sa femme, remercia Éva puis sortit. Stan arrivait à son tour. Il entra, embrassa sa moitié et vint s’asseoir au salon près d’Éléonore. Celle-ci regardait les allées et venues de tout le monde sans dire un mot. Éva sortit de la cuisine avec un plateau de jus de fruits frais qu’elle posa sur la table du salon. Stan fit un peu de place sur la table pour lui faciliter la tâche lorsque ces yeux se posèrent sur le morceau de papier laissé là par Éva. Ce qu’il y vit lui glaça le sang.
Nicole, la sœur d’Éva était de retour et avec elle tous les problèmes que cela impliquait. Comment allait-il anticiper, comment pouvait-il s’en sortir ? Qu’avaient-elles eu le temps de se dire ?
Le passé de Stan allait resurgir et ce n’était pas Nicole qui l’épargnerait. Les ennuis ne faisaient que commencer…

 

A SUIVRE…  OW_banner_96728

Envie de changer la suite ? Laissez moi un commentaire:-)

[Inspiré par Bernieshoot] *voir commentaires épisode 9

Suivez moi sur les réseaux sociaux:-)

facebook-icon-logo-vector   twitter-bird-icon-logo-vector-400x400   google+-logo   instagram   pinterest-retro-icon   tumblr-logo   rss_logo  Suivez-moi sur Hellocoton

*Note: le menu de navigation de ce blog se trouve en  haut à droite (le petit carré)

 

 

Publicités

3 réflexions sur “L’infidèle – ÉPISODE 10

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s